Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mai 2007

Lustration

Les nouvelles lois de lustration du gouvernement polonais ont trouvé un écho accru récemment avec les prises de position remarquées de Bronislaw Geremek et Tadeusz Mazowiecki (pétitions de soutien ici et ici). Beaucoup a déjà été dit sur les raisons idéologiques de ces lois et sur les réactions qu'elles suscitent en Pologne et dans le reste de l'Europe. En revanche, je n'ai pas vu grand chose sur les raisons politiques qui ont pu pousser les frères Kaczynski à aller aussi loin et aussi fort dans leur volonté de "décommuniser" l'élite polonaise. Voici donc quelques rapides réflexions qui me sont venues sur le sujet.

Les jumeux Ubu, héritiers de l'aile droite de Solidarité, font partie de la frange du syndicat qui n'a jamais pardonné à la majorité dudit syndicat d'avoir choisi la voie de la négociation avec le pouvoir communiste pour sortir du modèle du parti unique. Complexe de la révolution de velours avortée et faite par d'autres ailleurs (la Tchécoslovaquie par exemple, qui a élaboré des lois de lustration plus sévères qu'en Pologne ou en Hongrie dans les années 90, ce n'est pas un hasard). L'histoire politique récente de la Pologne est au moins autant celle d'une rivalité entre les héritiers de Solidarité, qui se retrouvent sur toute l'étendue du spectre politique, que d'une opposition entre post-dissidents et post-communistes.

D'un point de vue plus tactique, ces lois ont, me semble-t-il, deux objectifs. Diviser l'opposition, ou en tout cas empêcher un rapprochement des sociaux-démocrates (post-communistes et opposés à la loi) et des libéraux (centre droit, favorables à la loi) d'une part. Réaffirmer la prééminensce du PiS (Droit et Justice, le parti des frères Kaczynski) sur la coalition gouvernementale au moment où quelques défections, dont celle du président de la Diète Marek Jurek, se font jour d'autre part. Encore plus à droite que les frères K., Jurek a ainsi décidé de former une nouvelle formation politique, située entre PiS et la LPR (Ligue des familles polonaises, d'extrême-droite). Dans ce contexte, la concurrence est rude pour s'attirer les bonnes grâces de Radio Maryja et des autres médias conservateurs.

Ainsi, si elles répondent indéniablement à des certitudes idéologiques, les lois de lustration de l'actuel pouvoir en place servent aussi des buts de tactique politique qu'il est à mon sens nécessaire d'avoir à l'esprit pour comprendre un peu ce qu'il se passe en Pologne actuellement.

22:45 Publié dans Pologne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pologne

Commentaires

Je ne suis pas sur que l´on puisse voir une rationalité politique dans l´entreprise des jumeaux. Jaroslaw Kaczynski, le chef, me semble animé d´une inextinguible soif de revanche contre tous ceux qui ne l´avaient pas pris au sérieux jusqu´à présent. Comme c´etait à peu près tout le monde, on peut imaginer sa haine. La vérité est que ce pays est gouverné par un psychopathe. Je ne le dis pas à la légère. J´ai été frappé d´entendre ce propre terme de "psychopathe" à deux reprises récemment dans la bouche d´un éminent juriste puis d´un éminent journaliste, tous deux polonais et tous deux également prudents et posés. Car enfin, comment trouver une justification politique raisonnable à une loi qui lui met à dos les 700.000 personnes concernées et qui n´interesse pas le pékin moyen, comme le prouvent les sondages?

Écrit par : Mozg | 11 mai 2007

Les commentaires sont fermés.